Loading...

Switch Language

Vous présentez des données chiffrées pour informer, alerter, convaincre et inviter à l’action ! Quelques secondes suffisent pour capter l’attention de votre auditoire … ou la perdre définitivement. Vous souvenez-vous du dernier tableau Excel projeté sur écran que vous avez vu ? Non ? C’est normal ! Pour être efficaces et laisser une trace dans les mémoires, les données brutes sont transformées en données de présentation. Découvrez comment avec Faites chanter les chiffres !

DO’S & DON’T

picto-1  90° qui changent tout

Les histogrammes verticaux sont des graphiques très efficaces. Mais quand les étiquettes de l’axe horizontal sont longues et donc en obliques, ce n’est plus aussi clair. Pivotez votre histogramme de 90° et travaillez votre graphique en format horizontal. Il y a toute la place pour les étiquettes de l’axe, pour les étiquettes de données que vous pourrez en plus placer dans les barres. Au passage, si vous le pouvez, réorganisez vos données en ordre croissant ou décroissant.

  TROP DE COULEURS TUE LA COULEUR !

Evitez d’utiliser trop de couleurs différentes dans vos graphiques. L’erreur la plus commune étant de donner une couleur différente à chaque donnée. La couleur est un élément de différenciation qui doit être utilisé avec parcimonie et est au service de votre message. Que voulez-vous que votre audience voie ?

DITES « NON » AU CAMEMBERT VOLANT EN 3D !

Si la 3ème dimension ne signifie rien et n’a qu’une fonction décorative, débarrassez-vous-en ! Elle tronque la perception de la réalité et des valeurs de votre graphique. Elle complexifie inutilement votre data-visualisation (couleurs dégradées supplémentaires, droites et obliques superflues, …). S-I-M-P-L-I-F-I-E-Z ! De manière générale et pour tous vos graphiques, privilégiez les représentations en 2D.

POUR VOS TABLEAUX, FAITES LA PART BELLE A L’INFORMATION !

Les tableaux sont des outils très efficaces pour la communication écrite et nettement moins adaptés, pour ne pas dire pas du tout à un format de présentation visuelle ou en projection. Le graphisme des tableaux souffre d’un autre malentendu, l’utilisation des mises en forme par défaut du logiciel : trop de couleurs, trop de traits, des grilles trop marquées et surtout aucune hiérarchie entre l’information principale (les valeurs) et l’information secondaire (les grilles, l’arrière-fond, etc.). Allégez au maximum les informations secondaires en utilisant du gris par exemple et utilisez de la couleur uniquement pour passer une information.

POUR éVITER l’INDIGESTION, PAS PLUS DE 6 PARTS DE CAMEMBERT !

Au-delà de 6 parts dans un graphique en camembert, cela devient très compliqué à décrypter pour votre audience. Or, on utilise les graphiques pour écourter le délai de compréhension et simplifier les concepts. La force d’une bonne data-visualisation, c’est d’être saisie instantanément !
Plus de 6 parts ? Essayez d’autres graphiques comme les histogrammes ou les barres empilées, par exemple.


PSSSSST !
Si vous voulez nous contacter,
ou en savoir plus sur nous,
suivez moi !